Première d’une série d’entrevues réalisées avec les récipiendaires Concours de bourses – Entrepreneuriat en Oncologie (CEO)

Discussion avec Simon Beaudoin, participant de la première cohorte du Programme d’Entrepreneuriat en Sciences de la Vie. Simon est fondateur et président-directeur général de la compagnie WASSC Technologie et est titulaire d’un postdoctorat obtenu à l’Université de Sherbrooke.

 

Comment as-tu entendu parler du Programme d’Entrepreneuriat en Sciences de la Vie et qu’est-ce qui t’a encouragé à y participer?

C’était l’année où je souhaitais commercialiser mon brevet et mon professeur, qui a vu l’annonce, a pensé que ce serait une bonne opportunité pour moi d’en apprendre plus sur l’entrepreneuriat. J’ai trouvé l’idée bonne!

Par le passé, j’avais déjà suivi un programme d’initiation en entrepreneuriat à l’Université de Sherbrooke. Alors, je me suis dit que c’était un peu le moment ou jamais de compléter cette initiation et surtout de saisir l’occasion de confirmer ou non si l’entrepreneuriat était fait pour moi. L’entrepreneuriat est tellement différent du laboratoire! J’ai alors présenté ma candidature au Concours CEO.

 

Comment as-tu vécu ta participation au Programme d’Entrepreneuriat en Sciences de la Vie?

J’ai postulé au Concours CEO en sachant que le Programme allait prendre de mon temps. Par contre, j’y voyais une perspective d’emploi en fin de parcours.

Le Programme, de deux jours par mois sur 12 mois, est intense, car s’ajoutent de nombreuses lectures, des devoirs à faire ou des cours en ligne à suivre. Le module sur les interviews a représenté un vrai challenge pour moi. Mais j’y suis allé sérieusement en voulant avoir des réponses précises, alors le volume de travail qu’il a fallu fournir ne m’a pas dérangé.

 

Est-ce que le Programme d’Entrepreneuriat en Sciences de la Vie a répondu à tes attentes?

Durant les premiers modules, j’ai eu quelques doutes, je me demandais à quoi pouvait bien me servir le module de design thinking par exemple. Mais dès que j’ai compris ce que ça pouvait m’apporter, comment le concept de design thinking allait m’aider à monter mon plan d’affaires, mes doutes ont disparu. En ayant en plus un projet d’entreprise dès le début du Programme, tout est devenu très vite concret. J’ai eu aussi la surprise de travailler en équipe. Si, au début, quelques craintes sont apparues, finalement, j’ai trouvé l’exercice stimulant.

Lors la dernière session de pitchs, j’ai récupéré plusieurs notions abordées tout au long du Programme que j’ai appliquées et qui ont significativement amélioré ma présentation.

Dernièrement, j’ai participé au Concours Createk organisé par l’Université de Sherbrooke. Suite à mon pitch, je suis arrivé en finale et j’ai obtenu un contrat avec l’ACET (Accélérateur de création d’entreprises technologiques). Donc oui, assurément le Programme d’Entrepreneuriat en Sciences de la Vie m’a vraiment bien préparé dans la poursuite de mon projet.

 

Concrètement, est-ce que tu trouves que les concepts appris durant le Programme d’entrepreneuriat en Sciences de la Vie sont facilement applicables ou transposables à d’autres projets?

Absolument. Le Programme vient de se terminer et pour l’un de mes projets on vient tout juste d’identifier un point d’accrochage dans sa commercialisation. J’ai immédiatement fait preuve de leadership et d’assurance en proposant une nouvelle voie d’affaires. Vouloir créer sa start-up plutôt que d’aller en bourse, savoir développer de la propriété intellectuelle et déterminer à quel moment la partager, établir des contrats de recherche ou encore réfléchir à la possibilité de fusionner deux compagnies, je peux désormais le faire grâce à ce que j’ai appris dans le Programme. Je me sens confiant dans mes prises de décisions. Aussi, adapter son discours, ne pas mettre uniquement la science de l’avant, mais aborder le côté business, marché : ça j’en ai pris conscience dans le Programme.

 

Tu as l’air d’avoir tous les outils en main pour devenir un véritable entrepreneur désormais. As-tu encore besoin de formation?

À ce stade-ci, être encadré par les coaches de l’ACET va être bénéfique. J’aimerais travailler les entrevues aussi. Pour comprendre le marché, il faut oser faire des entrevues avec des clients potentiels, mais ce n’est pas toujours facile de décrocher son téléphone ou de rencontrer quelqu’un et de poser des questions pertinentes. Les coaches vont m’aider. Et puis, je vais avoir la possibilité de discuter avec plusieurs coaches ayant chacun leur spécialité, ou encore de faire des tours d’affaires aux États-Unis. Toutes ces activités vont me permettre de faire maturer mon projet d’entreprise et pourquoi pas de bénéficier d’un de leurs fonds d’investissement.

 

On voit ton œil pétillant quand tu parles de toutes ces activités, est-ce qu’on peut-dire que le Programme d’Entrepreneuriat en Sciences de la Vie a bel et bien réveillé ton âme d’entrepreneur?

Tout à fait. Par exemple, avec une collègue, j’ai eu l’occasion de parler d’un potentiel d’affaires pour un projet de diagnostic en cancer du côlon. Identifier l’aspect commercial, définir si le projet est suffisamment avancé ou encore comment le rendre rentable rapidement, ce sont des aspects pour lesquels j’aime réaliser des analyses. J’ose maintenant partager mes idées, chose que je ne faisais pas forcément auparavant. J’ai encore quelques interrogations sur comment obtenir du financement ou comment recruter les meilleurs talents pour son équipe en gestion ou en finances ; ce sont des aspects que j’aimerais développer plus en profondeur. Mais malgré ça, dans ma tête c’est clair, j’ai quasiment fait un changement de carrière, je suis un entrepreneur.