Merck investit dans le secteur pancanadien de l’innovation en recherche dans les sciences de la vie

Un partenariat public-privé de quatre millions de dollars regroupant trois centres d’études de commercialisation canadiens stimulera l’innovation en recherche

CHICAGO, Illinois – Le 22 avril 2013 – Merck Canada annoncera aujourd’hui, dans le cadre de la BIO International Convention, qu’elle renforce son engagement envers le secteur canadien de l’innovation en recherche dans les sciences de la vie. La Société s’est engagée à financer, par le biais d’une contribution de 4 millions de dollars, les projets de corridors qui seront mis en œuvre par l’Institut de Recherche en Immunologie et Cancer – Commercialisation de la Recherche (IRICoR) de concert avec deux autres Centres d’excellence en commercialisation et en recherche (CECR) dont l’un est situé en Ontario et l’autre, en Colombie-Britannique.

IRICoR collaborera avec MaRS Innovation et le Centre for Drug Research and Development (CDRD) afin de découvrir, mettre au point et commercialiser des technologies de soins de santé. Les trois CECR – reconnus à titre de CECR en 2008 par le gouvernement fédéral – partagent le même objectif : faciliter et accélérer la commercialisation des découvertes scientifiques en vue d’améliorer la qualité de vie des Canadiens et des populations du monde entier.

« Les initiatives de corridors que nous allons financer s’inscrivent dans notre nouvelle approche en recherche et développement, laquelle consiste à établir des ententes de collaboration en recherche. Les partenariats publics-privés, surtout, sont des terrains fertiles pour assurer la croissance de l’innovation et atteindre rapidement le stade de la commercialisation de manière à servir l’intérêt des patients, d’expliquer le Dr Thomas Cannell, président et directeur général de Merck Canada inc. Il s’agit d’un moment décisif pour Merck alors qu’elle étend ses activités dans de nouvelles régions de manière à inclure d’importants centres de recherche situés dans les couloirs Québec-Ontario et Québec-Colombie-Britannique. »

« Il s’agit d’une excellente nouvelle. L’investissement de Merck Canada dans la recherche et le développement au Québec et son association à l’un de nos fleurons de la recherche publique, l’Institut de recherche en immunologie et cancer – commercialisation de la recherche (IRICoR), démontrent le dynamisme de notre industrie biopharmaceutique. C’est aussi la preuve que notre environnement d’affaires est concurrentiel et qu’il s’est bien adapté au nouveau modèle de l’industrie. Pour toutes ces raisons, et aussi grâce à notre main-d’œuvre hautement qualifiée, le Québec demeure un partenaire de choix pour le développement de médicaments », a affirmé le ministre des Finances et de l’Économie, M. Nicolas Marceau.

Pour sa part, le ministre ontarien de la Recherche et de l’Innovation, l’honorable Reza Moridi, a dit qu’il applaudissait Merck d’avoir consenti cet important investissement qui permettra d’offrir aux équipes de MaRS Innovation, en Ontario, et de l’IRICoR, au Québec, d’intéressantes possibilités de projets conjoints de recherche et de commercialisation. « Nous recherchons et soutenons ce genre de collaborations qui permettent aux secteurs privé, parapublic et public de contribuer à l’essor économique et à l’amélioration de la qualité de vie de l’ensemble de la population. »

Combler la marge entre la recherche académique et industrielle et la commercialisation

«Cette importante contribution renforce notre position de centre de premier plan au Québec en découverte et mise au point de médicaments novateurs et en chimie médicinale, a affirmé le Dr Michel Bouvier, président-directeur général d’IRICoR. Les fonds consentis nous permettront de continuer à mettre au point des traitements novateurs en nous appuyant sur notre modèle de fonctionnement éprouvé, qui consiste à travailler en étroite collaboration avec l’industrie pharmaceutique. Ce partenariat prometteur bénéficiera de l’expertise unique d’IRICoR et de ses partenaires et permettra tirer plus de valeur de la recherche de premier rang réalisée au Québec, en Ontario et en Colombie-Britannique. C’est la façon la plus rapide de traduire le fruit de nos travaux de recherche de pointe en traitement pour combler les besoins médicaux des patients en attente d’une solution. »

« MaRS Innovation se joint à Merck et à IRICoR pour saluer ce partenariat et la recherche en sciences de la vie qu’il favorisera, a déclaré pour sa part le Dr Raphael Hofstein, président-directeur général de MaRS Innovation. Ces fonds procureront le capital si nécessaire pour mieux combler l’écart entre les technologies émergentes et la réussite de leur implantation sur le marché, et permettront à nos scientifiques de démontrer l’étendue de l’expertise canadienne pour créer des possibilités pour les innovations en sciences de la vie. »

« Le CDRD est ravi de collaborer avec Merck et IRICoR à des projets d’intérêt commun déterminés. En tant que centre national de mise au point et de commercialisation de médicaments, le CDRD reconnaît l’importance cruciale d’établir des partenariats comme celui-ci, car ils permettent de réunir des ressources complémentaires disséminées dans tout le pays, a déclaré Mme Karimah Es Sabar, présidente-directrice générale du Centre for Drug Research and Development (CDRD). Il s’agit d’une occasion unique d’exploiter encore plus la plate-forme de mise au point de médicaments du CDRD pour aider le Canada à développer les découvertes les plus prometteuses sur le plan commercial et à conserver son avantage concurrentiel dans la sphère internationale. »

Cette annonce marque la plus récente initiative de Merck dans le cadre du plan annoncé en 2010 visant l’injection de 100 millions de dollars sur cinq ans dans la recherche et le développement biopharmaceutique au Québec. Jusqu’à présent, Merck a consacré environ 65 millions de dollars à la concrétisation de ce plan, incluant la somme annoncée aujourd’hui. Fin 2012, Merck avait annoncé un investissement de 13,5 millions de dollars afin de financer la recherche fondamentale et translationnelle dans quatre importants établissements universitaires et centres de recherche hospitaliers affiliés, à savoir l’Institut de recherche du Centre universitaire de santé McGill (IR-CUSM), le Centre de recherche du Centre hospitalier de l’Université de Montréal (CRCHUM), le Centre de recherche de l’Institut de cardiologie de Montréal (ICM) et l’Université Concordia. Plus tôt en 2012, Merck avait investi 35 millions de dollars dans le Fonds Merck Lumira Biosciences, à titre de principal bailleur de fonds et unique partenaire de l’industrie pharmaceutique. Créé par Merck en collaboration avec Lumira Capital, Teralys Capital et d’autres partenaires, le Fonds fournit des capitaux d’investissement pour appuyer des innovations émergentes en sciences de la vie au Québec.

Merck a également investi 6,8 millions de dollars dans AmorChem, un fonds créé en 2011 afin d’accroître le potentiel commercial de la recherche universitaire de haut calibre réalisée au Québec. En 2011, Merck a aussi annoncé un investissement de 5 millions de dollars sur cinq ans dans le Consortium québécois sur la découverte du médicament (CQDM).

Remarque : Toutes les sommes mentionnées dans ce communiqué sont en dollars canadiens, sauf indication contraire.

À propos de Merck
La société Merck d’aujourd’hui est un chef de file mondial dans le domaine des soins de santé qui œuvre au bien-être du monde. Merck est connue sous le nom de MSD à l’extérieur des États-Unis et du Canada. Grâce à nos médicaments, vaccins, traitements biologiques, produits de santé grand public et de santé animale, nous collaborons avec nos clients et œuvrons dans plus de 140 pays à procurer des solutions de santé novatrices. Nous démontrons également notre détermination à améliorer l’accès aux soins de santé grâce à des politiques, programmes et partenariats d’envergure. Pour de plus amples renseignements à propos de nos activités au Canada, visitez le site www.merck.ca.

À propos de l’IRICoR
IRICoR, l’Institut de Recherche en Immunologie et Cancer – Commercialisation de la Recherche, est un organisme à but non lucratif qui a pour mission d’accélérer la découverte, le développement et la commercialisation de médicaments novateurs mis au point à l’Université de Montréal dans les domaines de l’oncologie et de l’immunologie et pour des indications connexes. IRICoR est le seul centre totalement intégré voué à la découverte et à la commercialisation de médicaments au Québec, comprenant l’un des groupes universitaires de chimie médicinale les plus importants du pays. À titre de Centre d’excellence en commercialisation et en recherche, IRICoR investit dans des projets particulièrement novateurs assurant une transition rapide de la recherche universitaire à la mise en marché, et identifie les meilleurs partenaires de développement et de financement pour ces projets prometteurs. Pour en savoir plus, visitez le www.iricor.ca.

 À propos de MaRS Innovation
MaRS Innovation (MI) est l’organisme de commercialisation de l’exceptionnelle pépinière de découvertes constituée de 16 établissements universitaires ontariens de premier ordre. Jusqu’à présent, l’organisme a rassemblé une somme de plus de 65 millions de dollars pour commercialiser les technologies de ses membres. À titre de point d’accès unique aux activités de recherche et développement des membres totalisant 1 milliard de dollars annuellement, MI offre aux investisseurs et aux titulaires de licence un accès aux actifs technologiques en Ontario. Appuyé par le gouvernement du Canada par l’intermédiaire de ses réseaux de centres d’excellence, par le gouvernement de l’Ontario par l’intermédiaire des Centres d’excellence de l’Ontario et par les établissements membres, MI joue le rôle de partenaire transformationnel qui transforme les meilleurs fruits de la recherche en occasions commerciales tangibles. MI détient un groupe d’actifs des plus prometteurs dont elle favorise la pénétration sur les marchés mondiaux grâce à des partenariats avec des industriels, l’octroi de licences et la création d’entreprises. Pour en savoir plus sur MaRS Innovation, visitez le site www.marsinnovation.com (en anglais seulement).

À propos du CDRD
Le Centre for Drug Research and Development (CDRD), mis sur pied en 2007, est le centre de mise au point et de commercialisation de médicaments entièrement intégré du Canada. Il procure une expertise et une infrastructure qui permettent aux scientifiques d’établissements de recherche en santé de premier plan d’amener sur le marché des médicaments émergents prometteurs. Centre canadien d’excellence en recherche et en commercialisation (CERC), le CDRD a pour mandat de réduire les risques associés aux découvertes faites dans le cadre de la recherche réalisée grâce à des fonds publics et de les transformer en occasions d’investissement viables pour le secteur privé — réussissant ainsi à réduire la marge entre les fruits de la recherche universitaire et l’industrie et transformant les découvertes scientifiques en nouveaux traitements pour les patients. Pour en savoir plus sur le CDRD, visitez le site www.cdrd.ca (en anglais seulement).

Ce communiqué de presse est accessible sur le site www.cnw.ca.

-30-

Déclarations prospectives
Ce communiqué de presse contient des « déclarations prospectives » (forward looking statements), au sens des dispositions libératoires de la Private Securities Litigation Reform Act de 1995 des États-Unis. Ces déclarations sont fondées sur les convictions et les prévisions actuelles de la direction de Merck et sont soumises à de nombreux risques et incertitudes. Si les hypothèses sous-jacentes se révèlent inexactes ou si les risques et incertitudes se matérialisent, les résultats réels pourraient différer substantiellement de ceux annoncés dans les déclarations prospectives.

Ces risques et incertitudes comprennent, sans s’y limiter, les conditions générales de l’industrie et la concurrence, les facteurs économiques généraux, incluant les fluctuations des taux d’intérêt et des taux de change; les effets de la réglementation de l’industrie pharmaceutique ou des lois concernant les soins de la santé aux États-Unis et dans le monde; les tendances mondiales à l’égard de la limitation des coûts des soins de santé; les avancées technologiques et les nouveaux produits et brevets des concurrents; les défis entourant le développement d’un nouveau produit, incluant l’obtention de l’approbation réglementaire; la capacité de Merck à prédire précisément les conditions de marché futures; les difficultés ou les retards de fabrication; l’instabilité financière des économies mondiales et le risque de souveraineté; la dépendance à l’égard de l’efficacité des brevets de Merck et des autres protections relatives aux produits innovants; et le risque de faire l’objet d’actions judiciaires ou de mesures réglementaires.

Merck n’est pas tenue de publier des mises à jour des déclarations prospectives, que ce soit à la suite de nouvelles informations, d’événements futurs ou de tout autre élément. D’autres facteurs susceptibles d’entraîner une différence notable entre les résultats réels et les résultats décrits dans les déclarations prospectives sont énoncés dans le rapport annuel 2012 de Merck établi sur le document Form 10-K et sur les autres documents déposés par la société auprès de la Securities and Exchange Commission (SEC) des États-Unis et accessibles sur le site Internet de cette dernière (www.sec.gov).

© 2008-2020 IRICoR